Sélection Jeune Public automne 2021

Une sélection proposée par le groupe Jeune Public :

Gérard Authelain, Dominique Boutel, Frantz-Minh Raimbourg, Aurélie Reybier, Véronique Soulé, Françoise Tenier et Anne Torrent.


Histoires en musique et en chansons

Dracula

Orchestre national de jazz

1 LIVRE-CD, ONJ RECORDS

À partir de 10 ans

Orchestre national de jazz, sous la direction artistique de Frédéric Maurin
Textes : Milena Csergo, Estelle Meyer, Julie Bertin, Romain Maron
Interprétation : Estelle Meyer, Milena Csergo, Pierre-François Garel
Musiques : Frédéric Maurin, Grégoire Letouvet
Illustrations : Adèle Maury

Quand l’Orchestre national de jazz se lance dans la création pour le jeune public, le moins qu’on puisse dire c’est qu’il ne fait pas dans la demi-mesure ! Tout est grandiose et somptueux, le disque autant que le livre. D’abord spectacle musical créé en 2019, cette nouvelle histoire du célèbre vampire Dracula, mythe maintes fois adapté, trouve ici une dimension épique dans les mots du récit comme dans les compositions musicales, énergiques et puissantes. Mina, une jeune fille partie sur les traces de sa mère, se perd dans la forêt et se réfugie dans le château de Dracula, créature maudite à la recherche de l’amour pour se libérer de la damnation qui pèse sur lui. La rencontre et la confrontation de Mina et de Dracula s’inscrivent dans un univers à la fois mystérieux, magique et bien sûr inquiétant. Alternent récit, dialogues et chansons, dont on soulignera la qualité de la diction et de la présence, tandis que la musique interprétée par une dizaine de musiciens donne une couleur singulière aux différents épisodes et protagonistes.
Tout aussi original, le livre au format généreux est d’une rare élégance : sur le beau papier épais de sa centaine de pages, les illustrations en noir et blanc, réalisées en monotype à larges coups de pinceau, dessinent un univers sombre, parfois même effrayant (qui pourra, peut-être, rebuter certains enfants), mais expriment avec force les sentiments qui traversent les personnages. Voilà un ouvrage enthousiasmant, à l’image de la reprise de l’air de Misty superbement interprété par la trompette sur un arrangement de Frédéric Maurin.

Alice au pays des merveilles

The Amazing Keystone Big Band

1 LIVRE-CD, GAUTIER-LANGUEREAU, COLL. LES LIVRES-CD

À partir de 6 ans

D’après Lewis Carroll
Texte : Sandra Nelson
Narration : Virginie Efira
Musique et interprétation : The Amazing Keystone Big Band dirigé par Bastien Ballaz, Jon Boutellier, Fred Nardin et David Enhco
Illustrations : Jérôme Pellissier

Il n’est certes pas facile d’adapter le chef-d’œuvre de Lewis Carroll. En reprenant les moments-clefs du livre, Sandra Nelson y réussit parfaitement, d’autant que son texte est servi par une Virginie Efira tout en vivacité, humour et légèreté, qui se coule avec aisance dans les différents personnages. Les dix-sept musiciens de The Amazing Keystone Big Band continuent leur nécessaire entreprise de sensibilisation du jeune public à la musique de jazz ; cette Alice s’inscrit dans la lignée de leur Carnaval des animaux, Pierre et le loup et Monsieur Django et Lady swing. Mais cette fois, ce sont leurs compositions musicales originales qui accompagnent les divers épisodes : swing pour la course du Lapin blanc, mambo pour le Chapelier, fanfare pour la Reine, disco pour la partie de croquet, jazz fusion pour le procès. Dommage que les illustrations du livre - assez banales - ne soient pas à la hauteur de l’enregistrement.

Saute-la-puce

Thomas Fersen

1 LIVRE-CD, Margot

À partir de 5 ans

Texte, chansons et interprétation : Thomas Fersen
Illustrations : Benoît Debecker

Avec son humour habituel, faussement bonhomme et très chaleureux, Thomas Fersen raconte et chante l’histoire de l’ukélélé, ce petit instrument à cordes qu’il affectionne particulièrement et surnomme volontiers « avorton de guitare ». On apprend ainsi pourquoi Saute-la-puce est le nom originel (en hawaïen) de l’ukélélé. Sous sa plume, et même si tout est vrai, l’histoire de cet instrument suit des tours et des détours pittoresques et farfelus, depuis les îles Sandwich, aujourd’hui appelées Hawaï et où l’introduisirent trois ébénistes portugais venus gagner leur vie dans les plantations de canne à sucre, jusqu’au grenier du grand-père du petit garçon auquel il raconte cette histoire.
Pour sa première incursion du côté du jeune public, Thomas Fersen excelle, avec un travail particulièrement savoureux sur le vocabulaire, les jeux de mots et le rythme des phrases. Il interprète une chanson inédite et des extraits de plus anciennes, réarrangées pour l’occasion (on en aurait bien écouté davantage !), et, bien sûr, fait entendre la musique de l’ukélélé, soprano ou baryton. Et quelle bonne idée d’avoir demandé à Benoît Debecker d’illustrer l’album. Dessinées à l’encre de Chine et colorées à l’aquarelle, ses images campent avec beaucoup de drôlerie les étapes de cette aventure.

Superchat. À la recherche du paon perdu

Pascal Parisot

1 LIVRE-CD, DIDIER JEUNESSE, COLL. POLICHINELLE

À partir de 4 ans

Texte, paroles, musique, interprétation : Pascal Parisot
Illustrations : Marc Boutavant

Le capitaine Brochet a kidnappé Peter le paon. Appelé à la rescousse, Superchat délivre le malheureux grâce à... un tutu et un pot de mayonnaise ! Entre Fiat le panda, Un deux trois le ouistiti, Super Colette la souris verte, c’est un défilé de personnages qui pourraient sortir d’un cartoon. Aussi à l’aise dans les chansons que dans la narration, Pascal Parisot prête à chacun une voix, un timbre, un accent, un débit qui le caractérisent sans jamais le caricaturer. Aussi bien écrites que rigolotes, les chansons s’intègrent parfaitement dans le récit un poil décalé, prétexte à une floraison de jeux de mots hilarants et n’ayant d’autre but que de divertir. Nul doute que ses nombreuses références parodiques susciteront le dialogue entre adultes et enfants.

Panique dans la forêt

Weepers Circus

1 LIVRE-CD, GALLIMARD JEUNESSE, COLL. LES ALBUMS MUSIQUE

À partir de 5 ans

Texte, musique et interprétation : Weepers Circus : Christian Houllé, Franck George, Denis Leonhardt et Alexandre Goulec Bertrand
Narration : Tchéky Kario
Illustrations : Clotilde Perrin

Pour leur quatrième opus pour les enfants, le groupe de rock strasbourgeois propose un conte musical, joyeux et farfelu. Il revisite avec beaucoup d’humour le motif archi connu des enfants qui se perdent dans une forêt sombre et maléfique, et s’amuse avec les clichés qui lui sont habituellement associés. Quatre enfants - Biggy le fort, Scribbly le naïf, Twiggy le pénible et Crispy le craintif, interprétés chacun par l’un des musiciens - affrontent de drôles de créatures (un cyclope myope, des pirates de la terre ou encore un drôle de cheval, qui pourrait bien s’avérer être une licorne). Les nombreux dialogues, truculents, sont bourrés d’allusions discrètes, tandis que Tchéky Karyo interprète le narrateur, un corbeau un peu roublard. Son ton détaché et chaleureux apporte un bel équilibre à ce conte gentiment barré. Tout aussi cocasses, les chansons participent à l’histoire et se déclinent chacune dans un univers musical particulier, d’autant que, comme pour les précédents disques, des artistes complices - Yves Jamait, Kent, Sanseverino, Oldefaf, Léopoldine HH et Antonia de Reidinger - ont répondu à l’invitation. Les illustrations malicieuses de Clotilde Perrin ajoutent encore au plaisir de l’écoute. Pas de temps mort dans ce conte musical d’une soixantaine de minutes, mené tambour battant, et aux arrangements musicaux particulièrement toniques !


Contes

Le mendiant et l’antilope

Paule Latorre

1 CD, OUIDIRE, COLL. CONTES D’AUTEURS

À partir de 8 ans

Texte et interprétation : Paule Latorre
Musique : Jean-Pierre Jullian, Tom Gareil, Daniel Malavergne

Un mendiant achète une antilope avec une pièce d’argent trouvée dans un dépotoir. À l’instar de notre Chat Botté, par divers subterfuges, l’animal va faire le bonheur de son maître et le transformer en sultan. Pleine d’enseignements sur le trop-plein d’amour et l’ingratitude humaine, l’histoire se termine subtilement par un retour à la situation d’origine. Plus connu sous le titre de « Le sultan Daraï », ce conte adapté de la tradition swahili est porté par l’interprétation prenante et tout en nuances de Paule Latorre. Les percussions de Jean-Pierre Jullian, le vibraphone de Tom Gareil et le tuba de Daniel Malavergne s’imbriquent harmonieusement dans le récit au fil d’improvisations jazz. Leur musique inventive traduit aussi bien l’animation du marché de Zanzibar que l’affrontement de l’antilope avec le serpent à sept têtes ou l’atmosphère étrange d’une ville abandonnée. Une merveille !

Avant de venir au monde

Gigi Bigot

1 LIVRE-CD, BENJAMINS MEDIA, COLL. TAILLE S

À partir de 4 ans

Texte et interprétation : Gigi Bigot
Musique : Cascadeur
Illustrations : Évelyne Mary

On ne saurait trop conseiller de commencer l’approche de ce livre-disque par l’écoute du CD et de n’ouvrir le livre qu’ensuite, afin de se laisser fasciner par l’histoire, la voix, l’accompagnement musical. Un régal de poésie et d’intelligence pour parler de la naissance, avec la voix d’une personne qui connaît les vertus du conte, même s’il s’agit simplement d’une façon de raconter la vie. « On l’sait. C’est pour tout l’monde pareil. » On découvre ainsi un texte magnifique de Gigi Bigot qui s’adresse certes aux enfants, mais tout autant aux parents. Quel que soit son âge, l’auditrice ou l’auditeur est entraîné dans une bulle de méditation soutenue par une musique enveloppante et fluide, aux propriétés sédatives, parfois incertaines, parfois cristallines, qui accompagne et prolonge la mémoire ce que nous étions avant de venir au monde, « de ce qu’on savait déjà quand on nageait dans le p’tit aquarium, quand on était dans le ventre ».


A destination [aussi] des adultes

Récits fantastiques des Alpes

C. et A. Joisten, Jean-François Vrod

1 LIVRE-CD, OUIDIRE, COLL. CONTES D’AUTEURS

À partir de 8 ans
Si le CD de ce livre-CD peut être écouté avec plaisir par les enfants, le livre qui l’accompagne est plus particulièrement destiné aux adultes, car les informations, passionnantes, y sont denses et érudites.

Textes : Charles et Alice Joisten, Jean-François Vrod
Narration et musique : Jean-François Vrod

Ces récits proviennent d’une collecte effectuée par Charles et Alice Joisten, et les éditions Oui’Dire ont eu l’heureuse idée d’offrir, dans la publication, les textes complets, tels qu’ils ont été recueillis et mis en en forme par le couple. Quand on écoute le CD, on comprend vite que Jean-François Vrod ne se contente pas de lire un texte écrit, mais en fait une lecture personnelle, vivante, originale, autrement dit en fait une création. Musicien, ce conteur ajoute des sonorités qui scandent les épisodes, souvent par des pizz, parfois par des jeux d’archet aux sonorités inclassables et au besoin quelques sonnailles de montagne. Instrumentation discrète, d’ailleurs, laissant l’essentiel de la musique dans la voix du conteur. Le résultat est fascinant, et du coup procure à cette publication une double destinée : avec le CD un conte pour les enfants, et avec le livre une approche ethnomusicologique pour les adultes s’intéressant à l’origine de ce répertoire : au gré de la longue préface consacrée aux artisans de cette collecte, on apprend des mots inconnus tels que les sarvans, les follets, les martagots et mille autres choses. La manière dont le musicien-conteur parle de sa musique est un modèle d’intelligence et de sensibilité pour faire comprendre ce que recherche un artiste dans l’alliance instrument-voix-personnages environnants, fussent ces derniers de l’ordre de l’imaginaire. Deux ouvrages en un, en quelque sorte, un pour écouter, un pour lire. Un cadeau à offrir aux enfants, aux parents, aux grands-parents, aux enseignants, et pourquoi pas à soi-même, pour le plaisir.

On n’arrête pas les oiseaux !

Daniel Beaume

1 LIVRE-CD, TERRE DE CHANSONS

À partir de 9 ans
Si le CD de ce livre-CD peut être écouté avec plaisir par les enfants, le livre qui l’accompagne est plus particulièrement destiné aux adultes, car les informations, passionnantes, y sont denses et érudites.

D’après l’œuvre chorale de Daniel Beaume
Paroles, musique et arrangements : Daniel Beaume
Cheffe de chœur : Claire-Annie Mézières
Interprétation : chorale du collège Font d’Aurumy à Fuveau (13)

Le nom de Daniel Beaume demeure lié à des chansons écrites, chantées et enregistrées dans les années 1980 par des collégiens des quartiers nord de Marseille, et que beaucoup d’enseignants en collège ou en école ont eu l’occasion de faire écouter à leurs élèves. L’association Terre de Chansons a réitéré une opération qui s’inscrit dans ce que vivent aujourd’hui encore ces adolescents avec leurs familles, dans les quartiers périphériques de Marseille comme dans beaucoup d’autres villes. Sensibilisé depuis plus de quarante ans à ces situations, Daniel Beaume a écrit textes et musiques : les différents épisodes ouvrent à cette réalité sévère sous forme d’odyssée en chansons, vécue par Tibo, jeune héros dont les découvertes et aventures successives sont chantées par un chœur d’adolescents. Thèmes à la fois graves mais non défaitistes : on y aborde certes l’immigration, l’humiliation, le rejet, mais aussi la tolérance, le respect, et par-dessus tout l’espoir et la confiance qu’un autre monde est possible. « Rien ne pourra nous empêcher d’ouvrir les ailes, d’aller chercher la liberté d’une vie nouvelle. » Fidèle à son parcours, Daniel Beaume ne pouvait que s’appuyer sur un travail d’équipe, avec les enseignants, cheffe de chœur, instrumentistes, sans qui le projet n’aurait pu se former, mais aussi les jeunes chanteurs, sans qui ce projet n’aurait pu trouver sa voix. Le CD est accompagné d’un livre qui donne la parole aux enfants, à des mouvements tels que SOS Méditerranée, la Cimade et bien d’autres. Les enseignants, toutes fonctions confondues, se saisiront avec bonheur de ce livret-disque, mais aussi les familles dont les enfants se posent les mêmes questions que Tibo. Terre de Chansons, Terre d’espoir, vraiment, plus nécessaire que jamais.


Chanson

50 ans de scène

Steve Waring

1 CD ET 1 VINYLE, VICTORIE MUSIC

À partir de 3 ans

Cinquante ans déjà que Steve Waring enchante son public, que ce soit en concert ou avec ses albums pour petits et grands. Banjoïste et guitariste hors pair (on ne le souligne jamais assez !), chanteur émérite, le musicien nous fait voyager entre sa culture américaine d’origine et la France, son pays d’adoption depuis les années 1960.
Entre folk et jazz, ce nouvel opus, réalisé avec son gendre Robin Limoge, permet de redécouvrir une petite partie de son immense répertoire qu’il revisite ici également avec sa fille Alice, sa nièce Hélène Péronnet, son neveu Gérald Chagnard et un grand nombre d’instruments à cordes et à vent.
On retrouve bien sûr quelques incontournables comme « Les Grenouilles », « La Baleine bleue » et « Le Matou revient ». On peut entendre également quelques pépites blues ou traditionnelles (jolie version de « Wayfarin’Stranger ») et, comme le temps passe, Steve Waring rend hommage à ceux qui l’ont influencé (« So long » de Woody Guthrie) et à quelques compagnons de route comme Graeme Allwright et le grand tromboniste Alain Gibert, que Steve Waring décrit comme « quelqu’un d’extrêmement important » pour lui dans ses choix et son évolution artistique.
Certains pourraient s’agacer en remarquant que certains titres ont déjà fait l’objet de multiples reprises… Cela est vrai, mais on peut souligner cependant qu’à chaque fois on redécouvre ces chansons intemporelles avec de nouveaux « habits ». Tels les griots d’Afrique de l’Ouest, Steve Waring partage avec eux la volonté de toujours se renouveler et de transmettre une œuvre devenue intemporelle.

Mouma’ngue. Comptines et berceuses du Gabon

Tita Nzebi

1 CD, ARB MUSIC

À partir de 1 an

Le Gabon, pays d’Afrique centrale, fait rarement la une des revues consacrées aux « musiques du monde ». Mis à part Pierre Akendengue et, dans une moindre mesure, Patience Dabany et Hilarion Nguema, on connaît assez peu de ce côté-ci de l’Atlantique, contrairement au Congo et au Cameroun voisins, les artistes de cette république indépendante depuis août 1960.
Ce nouvel opus d’ArB Music nous permet donc d’en savoir un peu plus sur le répertoire traditionnel de cette région et c’est une très bonne idée ! Tita Nzebi est arrivée en France au milieu des années 2000. Originaire de M’bigou, petit village du sud du pays, elle nous fait découvrir de sa belle voix puissante et expressive un grand nombre de comptines et chansons apprises depuis son enfance. Elle est accompagnée du formidable guitariste Amen Viana, qui fut compagnon de scène de nombreux musiciens français et africains, et de l’incontournable batteur/percussionniste Émile Biayenda, fondateur des célèbres Tambours de Brazza. Les interprétant en langue nzebi, la chanteuse nous fait entendre la ronde chantée avec toute la famille les soirs de clair de lune, les jeux de « chat », la « pyramide des mains » ou encore l’évocation de la cérémonie de « la Procession des jumeaux ». L’album qui débute par le très énergique « Mouma’ngue » se clôt par quelques titres plus calmes. Trois instrumentaux complètent cet opus très réussi, plein de joie et de rythmes.


Musique Classique

Le Carnav(oc)al des animaux

Gildas Pungier

1 CD, AD VITAM RECORDS

À partir de 8/9 ans

d’après le Carnaval des animaux de Camille Saint-Saëns
Arrangement musical et direction : Gildas Pungier
Texte : Emmanuel Suarez
Récitant : Jean-Michel Fournereau
Interprétation : Chœur de chambre Mélisme(s) / Orchestre national de Bretagne / Maîtrise de Bretagne

En cette année anniversaire de la mort du compositeur français Camille Saint-Saëns, nombreux ont été les hommages, et en particulier autour de son œuvre la plus populaire (bien qu’il l’ait reniée !), Le Carnaval des animaux. Au départ écrite comme un pastiche, elle se prête facilement à la transformation et c’est le cas avec cette nouvelle version qui, à l’occasion d’une parodie d’émission de radio, donne la parole aux animaux et rajoute des chœurs à la partie instrumentale.
Le texte, bien qu’un peu long, est vraiment drôle (truffé de jeux de mots, comprenne qui pourra !) et bien raconté. Quant aux paroles sur les chansons, elles sont réussies et l’ensemble de l’interprétation est d’une grande qualité.
On peut saluer également le vrai travail radiophonique du projet (voix différentes, profondeur de champ, bruitages divers…), mais regretter l’absence d’un livre illustré qui aiderait peut-être les jeunes oreilles qui n’ont pas la connaissance de l’orchestre à comprendre un peu mieux le sens du texte.
À écouter en plusieurs fois, car c’est long ! Et rien n’empêche de chercher une version de l’œuvre originale, pour comparer…


Parole et Musique

Héraclès. Les douze travaux d’un héros

Jean-Michel Coblence

1 LIVRE-CD, DIDIER JEUNESSE

À partir de 9/10 ans

Texte : Jean-Michel Coblence
Narration : Laurent Natrella
Musique : Gustav Mahler et Richard Strauss
Illustrations : Donatien Mary

L’histoire du Minotaure tué par Thésée et celle des douze travaux d’Hercule font partie des récits qui ont passionné les enfants de toutes générations et les passionneront encore longtemps. L’hydre de Lerne, notamment, les a toujours plongés dans un grand effroi : une tête coupée, trois qui repoussent à la place ! Les aventures d’Héraclès sont fort bien résumées par Jean-Michel Coblence, et ce récit sur les douze travaux d’Héraclès, rendu à son nom d‘origine, se suit avec passion par l’adulte aussi bien que par l’enfant. L’intérêt du CD réside aussi dans le choix intelligent des musiques permettant de respirer entre les travaux ainsi que dans la manière dont elles sont choisies. De tout évidence, sélectionner la Symphonie n° 1 de Gustav Mahler pour l’entrée en matière est judicieux, puisqu’on l’appelle couramment sous son nom « Titan ». De même quand le jeune Alcée doit expier le meurtre de son professeur de lyre : la Pythie lui révèle que son vrai père est un dieu, et elle lui impose de se mettre au service d’Héra en se rendant à Mycène pour se mettre au service du roi Eurysthée. Ce dernier lui imposera douze travaux, repoussant à chaque réussite sa libération, qui arrive enfin après la douzième épreuve. Musique ! On ne pouvait choisir meilleur choix que l’entrée en trompette et timbales de « Ainsi parlait Zarathoustra » de Richard Strauss. Il en va ainsi, entre Mahler et Strauss jusqu’à la fin, pour donner force et lumière à une histoire connue des enfants, qui est aussi la leur quand on repousse sans fin leur autonomie en leur serinant : « Quand tu seras grand !... » Une histoire mythique pour porter ceux-ci à vivre intérieurement une légende immortelle comme Héraclès lui-même, admis enfin parmi les grands, parmi les dieux.