Yoanna

http://www.yoanna.fr/

Des chroniques lycéennes

POUR LES FEMMES

Un caractère explosif associé à une effroyable envie de bousculer les normes établies par la société, c’est ce que fait résonner la voix grave de Yoanna. Pour cette jeune auteurecompositrice-interprète, l’écriture a un effet libérateur qui lui permet d’affirmer de façon rebelle ses idées. Native de Suisse, Yoanna quitte le pays à 16 ans afin de se consacrer librement à la musique.

Elle lève une première fois le poing en 2009 avec son album « Moi Bordel » dans lequel elle n’hésite pas à aborder des sujets intangibles. Cependant, son album « Princesse » composé en 2015 ne connut pas la même effervescence.
En 2017, le lancement du mouvement #metoo réveille la flamme de la guerrière. En effet, la libération de la parole des femmes inspire Yoanna. Féministe engagée, la dénonciation du nombre abject d’agressions sexuelles vont faire naître en elle une rage indécente. C’est de cette rage qu’émerge l’album « 2e sexe » constitué de 14 titres. Ce disque révélateur expose une féroce franchise et une vision tranchée sur la condition des femmes.

Toujours accompagnée de son fidèle accordéon, elle énonce les attentes que la société a des femmes dans son morceau « Pour une femme ». Le refrain met en lumière un monde gangréné par les stéréotypes : « Retourne donc dans ta cuisine faire des gâteaux pour tes copines ». Ce monde est le nôtre. Quoi qu’elles fassent, les femmes sont rabaissées et harcelées, c’est l’atroce réalité.

A travers ce morceau, Yoanna manifeste donc sa colère. C’est un cri, un cri de révolte. Les femmes n’ont pas à rentrer dans un cadre bien rangé. Les femmes se doivent d’être libres au même titre que les hommes. Figure emblématique du mouvement féministe, Yoanna continue de se battre pour défendre les valeurs qui lui sont chères

Florine PICHEREAU, 2L
Lycée Sainte-Marie, Beaucamps-Ligny


YOANNA, LE PHENOMENE FEMINISTE FRANÇAIS

C’est du vrai, de l’authentique, de la sincérité, et une grande « gueule » pour défendre ses idées. Yoanna est de retour pour un troisième album. « 2e sexe » débarque avec tumulte dans le paysage de la chanson francophone, avec toujours son instrument fétiche et compagnon de composition : l’accordéon. Il est à la fois omniprésent et méconnaissable donnant à ses morceaux une tonalité très urbaine. L’auteure-compositrice et interprète débarquée à 23 ans, pose ses mélodies sur des mots où la colère affleure en permanence.

Son écriture est très « instinctive » au départ « presqu’animale », idem pour la composition de ses morceaux. Malgré son premier album « Princesse », qui « n’a pas fonctionné » la jeune artiste revient en mode guerrière (sur la pochette de son dernier opus) en se lançant dans une escapade mondiale de la chanson pour enfants, avec enthousiasme, et, toujours, avec ce sens inné du contre-pied.
La jeune Suissesse, n’a pas attendu la libération de la parole des femmes pour balancer la sienne sans détours. Prenez garde, elle a des yeux aiguisés comme des couteaux lorsqu’elle regarde ses contemporains !

Tout au long de ses titres marquants, se dessine en réalité l’histoire de sa vie : une envie de se battre, de se révolter pour un monde empli de « projets » visant à rétablir une égalité homme-femme. C’est ainsi, qu’à travers son œuvre « pour une femme » sortie en 2019, elle dénonce les stéréotypes que subissent les femmes durant leur vie : « retourne donc dans ta cuisine », mais également « occupe-toi donc de ton corps, essaie donc de faire un petit effort ».
Un franc-chanter à retrouver et à écouter sur son dernier album, « 2e sexe ».

LAMPIN-Camille-2L
Lycée Sainte-Marie, Beaucamps-Ligny


Une découverte passionnante

Dès le premier coup d’œil sur la pochette de l’album, le ton est donné. Sobrement intitulé « 2e sexe » en référence au célèbre essai de Simone de Beauvoir, c’est une véritable guerre que livre la chanteuse à la société. Elle apparait d’ailleurs en guerrière sur la pochette, visage peint, regard pénétrant et une allumette à la main, comme une mise en garde. C’est ainsi qu’elle apparait dans le clip de Pour une femme, une remise en question retentissante de la place de la femme dans la société.

Yoanna nous livre ce titre comme un combat contre les carcans imposés à la femme et le sexisme normalisé. La chanteuse choisit de se mettre dans la peau d’un misogyne, ce qui ne fait que rendre son message encore plus percutant. Une voix robotique énumère ce qui pourraient sembler être des compliments, et soudain…
« pour une femme ». Comme un coup de fusil, cette phrase à laquelle bon nombre de femmes doivent faire face quoi qu’elles accomplissent. Une grêle de remarques sexistes s’abat alors.

La femme a beau travailler autant qu’un homme, avoir autant voire plus de qualités, on la renvoie à son physique, à son prétendu rôle de mère et d’épouse, censé être sa seule fonction. Le clip, en opposition totale au texte, montre une femme forte, qui se bat et ne se laisse pas faire.
Yoanna nous le dit clairement : elle n’est pas là pour être belle, pour plaire. Elle ne fera pas d’efforts pour devenir le stéréotype de la femme docile. Yoanna n’est pas une femme, c’est une guerrière.

Mahieu Clément 2L
Lycée Sainte-Marie, Beaucamps-Ligny