Soïg Sibéril

« Il nous manquait une aventure jamais encore partagée, comme la réalisation de cet album dans lequel j’allais intervenir comme musicien, bien sûr, mais aussi comme arrangeur et « entremetteur » pour créer des rencontres et des passerelles entre la musique de Soïg et celle d’autres artistes à l’identité forte. Cet album est allé plus loin que mes espérances : il est plein de musique et de générosité. L’âme celtique de Soïg a pu rencontrer d’autres âmes, qu’elles soient manouches, hispaniques, jazz ou classiques, et sa guitare d’autres instruments que l’on n’entend jamais dans la musique dite celtique et, pourtant, quand on écoute l’album, tout semble tellement évident et naturel » dit le guitariste Jean-Félix Lalanne qui a présidé la réalisation de ce disque.
Depuis ses débuts sur scène en 1975 avec le groupe Sked, Soig Siberil a fait du chemin, que ce soit au sein des nombreux groupes auxquels il a participé (Kornog, Gwerz, Pennoù Skoulm, Den, Kimiad ) ou avec quantité de musiciens (de Laurent Jouin à Etienne Grandjean en passant par Alain Genty, Tony McManus ou Dan Ar Braz)
Sur ce douzième album solo, déjà, Soïg s’est entouré d’une pléiade de musiciens de talent. Hormis J.F. Lalanne, on y croise d’autres guitaristes : Patrice Marzin, dans le studio duquel l’album a été enregistré, Jean-Marie Écay, Gwen Cahue et Samuelito, ainsi que Cécile Bonhomme à la harpe, Yohna Lalanne au violon, Pascal Reva au cajon, Kevin Reveyrand à la basse et Balthazar Naturel au cor anglais.
Sur ces 15 morceaux, Soïg a puisé dans son riche répertoire et en a extrait quelques perles, certains titres anciens – Al Lizher – d’autres plus récents tel Les sentiers partagés qui donne son titre à l’album. On navigue de la Bretagne – Le Korong, Le Yeun, Au pays Fañch – à la Galice et aux Asturies – Le Sud – ou à l’Irlande – Saint Patrack.