Zébrichon

Il n’y a plus beaucoup de joueurs d’orgue de Barbarie, de vrais orgues de Barbarie, avec des tuyaux et pas seulement des anches. Il n’y a plus beaucoup de musiciens qui savent percer les cartons. Il n’y a plus beaucoup de compositeurs pour orgue de Barbarie, et peu nombreux sont ceux qui ont pris le relais de Pierre Charial. Patrick Mathis est de ceux-là, et heureusement a eu quelques disciples, son fils Jonathan, ainsi que Brice Dudouet. Ce dernier chante lui aussi, compose et note les cartons destinés à porter la chanson, les siennes, celle de sa compagnie Carton avec Marion Dudouet. Redonner à cet instrument une dignité de concert est une tâche de grande santé musicale. Et quand les chansons ont été écrites par Michèle Bernard, on est assuré de retrouver ce qui fascine et captive l’enfant avec ses peurs, sa malice, ses rêves, sa poésie. Elle a surtout l’art de dire des choses importantes avec des mots simples, de répondre aux problèmes des enfants qui sont aussi les problèmes de la société des adultes, avec des images et des personnages qui rendent accessibles et jamais quelconques l’amitié, la tolérance, l’acceptation d’être comme on est, y compris d’être différent des autres. Une belle histoire, qui se chante parce qu’elle se vit au quotidien.

À lire aussi…